dimanche 16 juin 2019

My Love For Hip-Hop Music


HIP-HOP

   Chers lecteurs, à travers cet article c'est d'un genre musical qui a pris une part importante dans ma vie dont je voudrais vous parler.
Je suis née en 1995 et mon grand-frère avait déjà 10 ans. Un ou deux ans plus tard, il a commencé à écouter du hip-hop, c'est donc très tôt que mon oreille a découvert ce son si particulier. Les mélodies me restaient en tête et je m'amusais à faire du beatboxing par dessus. Mon frère avait une compilation qui s'appelait "Rap U.S" et je me souviens que je le prononçais "Rapus" parce que je ne savais même pas ce que ça voulait dire, hahaha.


Je n'ai pas l'intention de vous faire un copier coller de l'article Wikipédia sur le hip hop mais quitte à vous parler d'un genre musical qui me passionne, autant vous donner un contexte et quelques informations qui me paraissent intéressantes ( :

Si vous n'êtes pas un amateur de musique hip-hop, il est bon de savoir que le "rap" désigne seulement la façon d'exprimer les paroles, la technique vocale, pas la musique qui l'accompagne. 
Pendant longtemps je ne connaissais pas la distinction et je disais donc que j'écoutais du rap alors que j'écoutais avant tout du hip-hop : des mélodies rythmées avec (éventuellement) du rap par dessus.

De façon plus générale, le hip-hop est un mouvement culturel qui englobe différents moyens d'expression : la musique (DJing, beatboxing), le chant (le rap donc), la danse (break dance) et l'art visuel (le graffiti). Ce mouvement est né dans les années 70 à New-York, dans les ghettos noirs et latinos, un milieu très défavorisé qui souffrait de la pauvreté et de la violence (racisme, rejet, haine entre gangs, crime...).

Inspirée notamment du dub (genre musical jamaïcain), du funk (US, 60's) et du disco (US, 70's), la musique hip-hop utilise fréquemment des samples, extraits de mélodies souvent empruntés aux genres susmentionnés. Les rappeurs, quant à eux, puisent souvent leur inspiration dans leur quotidien et vont ainsi évoquer la vie dans les ghettos, l'injustice sociale mais aussi du positif avec des paroles plus festives et insouciantes
Dans les années 80, deux grandes villes américaines très touchées par les conflits entre gangs et la ghettoïsation, New-York et Los Angeles, vont voir naître des rappeurs qui dénoncent ou prônent le mode de vie des gangsters qu'on peut stéréotyper ainsi : drogue, argent, sexe et violence. Ce sous-genre du hip-hop s'appelle le gangsta rap et bien évidemment, les sujets qu'ils traitent font parler et amènent autant d'admirateurs que de détracteurs. C'est de ce fait le sous-genre le plus connu/diffusé du hip-hop est il est donc souvent critiqué pour véhiculer une image très violente, homophobe et misogyne du hip-hop, qui est en réalité un milieu très varié avec une multitude de sous-genres et (progressivement) ouvert à tous.
A première vue, tout m'oppose à l'univers du gangsta rap, que ce soit mon rapport intransigeant aux drogues, à la violence, au sexisme ou à l'homophobie et bien entendu mon milieu social, qui ne ressemble en rien à celui dans lequel est né ce genre musical.

Ce que je peux vous dire c'est que je suis tombée amoureuse de ce genre bien avant de pouvoir comprendre ses paroles, et aujourd'hui j'ai tendance à voir une forme de second degré dans certains morceaux ou à excuser certains propos par le contexte violent autour des rappeurs de l'époque, ce qui, j'en ai conscience, n'est pas modélisant. 

La rappeuse Doja Cat pour le clip "Juicy" de Colors.

Et puis surtout, ce qui me plaît dans le hip-hop en général, c'est cette diversité d'inspirations, tous ces samples dont on aime retrouver la piste originale, cette émotion puissante transmise par le rap, ces références culturelles tellement variées, ce rythme qui reste en tête pour toujours et qui fait les morceaux les plus cool du genre... 
Bien que je n'ai absolument rien en commun avec le milieu du hip-hop, je m'en sens totalement imprégnée.

Voici donc maintenant une petite sélection des morceaux qui m'ont le plus marquée au cours de ma vie et que j'écoute aujourd'hui avec toujours autant d'émotions : 

Mon Top 3 de Hip-Hop : 

1. 2pac ft. Talent - Changes (1998)

Cette chanson est sûrement ma chanson préférée au monde (je viens de l'écouter en boucle pour écrire le début de cet article et c'est ma sonnerie de téléphone depuis le lycée et je ne m'en suis jamais lassée alors c'est vous dire, hahaha). Je l'ai tellement écoutée depuis mon enfance, grâce à mon frère bien-sûr, et l'instrumentale comme les paroles me touchent énormément, au point de me faire pleurer quand je me laisse vraiment porter par la musique.
Je suis une grande admiratrice de 2Pac, qui a malheureusement été assassiné un an après ma naissance. Le mystère sur son meurtre n'a jamais vraiment été résolu mais il existe énormément de documentation à ce sujet et cela contribue à faire de lui une légende, au-delà du fait que Tupac Shakur (de son vrai nom) était un rappeur engagé politiquement et socialement. 

Paroles : Tupac Shakur
Label : Death Row


2. Nas - Surviving The Times (2007)

C'est à la fac que j'ai découvert cette chanson de Nas, quand j'ai commencé à explorer la discographie de cet artiste dont je ne connaissais que les morceaux phares. J'ai eu un énorme coup de cœur pour l'instrumentale associée au flow de Nas. Peu après l'avoir découverte, j'ai eu la chance de participer à une séance photo sous l'objectif de Clémence Leclerc, avec une autre modèle prénommée Marine, et c'était un moment si agréable avec deux personnes extraordinaires que j'ai décidé de choisir cette chanson spéciale à mes yeux pour accompagner mon article sur le blog. Depuis, j'associe ce morceau au beau souvenir de cette séance photo.

Paroles : Nas, Chris Weber
Label : Columbia


3. Kendrick Lamar - HiiiPower (2011)

Artiste découvert à la fac également, j'ai adoré ses albums Section 80 et Good Kid Maad City. Les paroles engagées et incisives mêlées à l'instrumentale de ce morceau me font vibrer, Kendrick fait preuve d'un grand talent d'écriture dans le domaine du rap conscient

Paroles : Kendrick Lamar, Herbert Stevens, Jermaine Cole
Label : Top Dawg


Mon album de hip-hop préféré de tous les temps :

Dr Dre - 2001 (1999)

C'est sûrement le plus connu au monde et donc le moins original mais c'est celui que je connais le mieux, il n'y a pas un seul morceau que je n'aime pas dans cet album et c'est celui que mon frère écoutait le plus quand j'étais petite. Les instrus sont gravées en moi, je les trouve géniales - Dr. Dre est un génie
Quand je suis seule en ville et que j'ai une soudaine baisse de confiance en moi face au reste du monde, j'écoute cet album et je me sens mieux de suite.


La plus émotionnelle : 

Jorja Smith - Blue Lights (2016)

   J'ai découvert ce titre deux ans après sa sortie et j'ai été complètement bouleversée dès la première écoute. Toujours la même émotion qui émane de sa voix envoûtante et de cette mélodie mélancolique !


La plus old school : 

Grandmaster Flash & The Furious Five - The Message (1982)


La plus trash :

Ice Cube - No Vaseline (1991)
Je la connaissais avant la sortie du film sur N.W.A mais après avoir visionné ce dernier, elle a pris un autre sens et c'est vraiment le genre de rap incisif que j'aime écouter pour évacuer ma colère, comme Ice-Cube le fait si bien ! 


La plus décontractée :

Dr Dre ft Snoop Doggy Dogg - Nuthin But A G Thang (1992)


La plus accrocheuse :

Doja Cat - Juicy (2019)


La plus symbolique :

Jay-Z x Kanye West ft. Frank Ocean - No Church In The Wild (2012)


La plus personnelle :

Eminem - Marshall Mathers (2000)

Impossible de parler de hip-hop sans mentionner Eminem, qui est sans surprise l'un des mes rappeurs préférés, si reconnaissable parmi tous. Bien qu'il me semblait difficile de choisir une seule de ses chansons, c'est naturellement que le titre "Marshall Mathers" (son vrai nom) m'est venu pour cette sélection.


Bonus :

Apani B Fly - A Million Eyes (2003)


Mac Miller - 2009 (2018)


Angel Haze - Sufferings First (2011)


Kurupt - The Hardest Mutha Fukas (2001)



Et vous, quel est votre rapport au hip-hop ? Aimez-vous ce genre musical ?
N'hésitez pas à partager votre top 3 ou vos coups de cœur, je serai ravie de les découvrir !♥

jeudi 13 juin 2019

Go To Town




Ces photos datent d'avril, prises juste après mes écrits du CRPE. Je venais d'acheter ce bouquet de fleurs pour orner mon salon et il faisait beau et chaud (trop chaud pour ces fleurs d'ailleurs, qui n'ont pas tenu longtemps). Je venais d'acheter sur Vinted ce petit haut dont j'adore le ruban rayé à nouer, qui m'évoque les blouses terriblement kawaii des écolières japonaises. Je l'ai associé à ma petite jupe bleue rétro et ces collants à fleurs puis je me suis amusée à photographier ce look que je qualifierais de soft kawaii (ou du moins inspiré de ce style très spécifique, il manque des accessoires !).
Qu'en pensez-vous ? Cette blouse vous plaît ?


Blouse - Vinted
Jupe - Zara
Collants - Auchan
Boots -  Dr. Martens

lundi 10 juin 2019

A Cinema List - n° 29


The Four Preps - 26 Miles

   Ces dernières semaines j'ai très peu regardé de films car je n'avais pas trop la tête à ça après mes temps de révisions et les épreuves de mes concours. Cette liste date donc un peu mais je l'ai rédigée progressivement après avoir visionné chacun de ces films, ce que je fais rarement. C'est pourtant bien mieux car comme vous pourrez le voir ces avis sont peut-être plus complets que d'habitude et surtout plus proches de ce que j'ai ressenti en les visionnant.
J'espère que cette liste vous plaira, n'hésitez pas à laisser votre avis et à partager vos suggestions en commentaire !

8 films vus
Nationalités : Etats-Unis (4), Royaume-Uni (3), Italie (1), Japon (1).
Supports : DVD (5), autres (3).
Genres : 3 réalisatrices, 5 réalisateurs.


LADY BIRD
Greta Garwig, 2017. Comédie dramatique. Etats-Unis.

J'aime beaucoup Saoirse Rohan, et elle tient à merveille son rôle d'adolescente à la fois influençable et déterminée, sensible et égoïste. Les autres acteurs du film font aussi preuve de belles performances, notamment les parents de Lady Bird. J'ai été surprise de l'image plutôt positive qui est véhiculée de l'enseignement chrétien, sans être dans le cliché ni la propagande : malgré quelques exigences propres à ce milieu (jupes jugées trop courtes ou distance minimale à respecter pour le slow) les enseignants sont ouverts et surtout, à l'écoute des élèves, ce qui est rarement montré au cinéma.
 Un teen movie différent, subtil et émouvant.

I really liked Saoirse Rohan's brilliant performance as a determined but easy influenced teenager, sensitive and selfish in the mean time. The other actors are terrific as well, particularly the parents
I appreciated the fact that the Christian school where Lady Bird goes does not meet the usual clichés of an archaic and opressive religious education shown in cinema : the teachers there are presented as open-minded and careful for their students, although they pay attention to some details such as the skirts lenghts.
A different, subtil and touching teen movie.





BAD TIMES AT THE EL ROYALE
Drew Goddard, 2018. Thriller. Etats-Unis.

   J'ai adoré ce film palpitant, avec un scénario original, visuellement beau, de formidables acteurs et une bande son vraiment cool : un très bon thriller ! J'ai particulièrement apprécié le fait que la violence reste suffisamment maîtrisée pour ne pas entrer dans la perversité dérangeante.
Ma seule déception : Jon Hamm n'est pas resté assez longtemps à l'écran, haha ♥

I loved this gripping thriller for its original plot, colourful and lively aesthetics, great actors and amazing soundtrack
My only regret is that Jon Hamm didn't stay long enough on screen, haha.




MARY QUEEN OF SCOTS
Josie Rourke, 2018. Biopic. Royaume-Uni.

Je connaissais vaguement l'histoire de cette reine pour l'avoir étudiée dans un de mes cours de Civilisation Britannique (je ne sais pas pourquoi cette spécialité ne m'a jamais passionnée), et je me souvenais surtout de sa tragique destinée.
J'ai été surprise par la mixité ethnique du casting, en toute honnêteté je ne sais pas s'il existait des aristocrates métisses au Royaume-Uni à cette époque, mais je trouve que c'est un choix audacieux et positif même s'il n'est pas historiquement juste.
Le choix de Saoirse Rohan pour interpréter Marie m'a là encore beaucoup plu, alors que j'ai trouvé Margot Robbie particulièrement antipathique.
Cependant je n'ai pas pleinement accroché au film, je l'ai trouvé un peu long, l'ambiance étant de plus assez pesante avec ces costumes et décors sombres mêlée à la violence de certaines scènes. Je crois aussi et surtout que j'aurais eu besoin de sous-titres car je n'ai pas tout compris dans les dialogues, à cause des différents accents et de la complexité des intrigues 😂
Je le regarderai à nouveau à sa sortie en DVD.

I had vaguely studied Mary Stuart's history during my British Civilisation class at University but I only remembered her tragic fate (I don't know why this class never captivated me though it IS captivating !). 
The ethnical mixity of the casting surprised me, and to be honest I don't even know if there was coloured people in the British aristocracy at that time, but I thought it was an audacious and positive choice, even if it's not historically accurate. 
In the end, I didn't completely enjoyed the film because I found it a bit long, ponderous and darkthrough the costumes and scenery as well as through the violence of some scenes. Another difficulty was the understanding of dialogues and complexity of the intrigues, as a French viewer, I should have put subtitles on.
I will definitely watch this film again when it comes out on DVD.



L'INTRUSA
Leonardo Di Constanzo, 2017. Drame. Italie.

J'ai beaucoup aimé ce film italien très réaliste et subtil, sur une autre facette de la mafia et plus largement sur la pauvreté urbaine. L'histoire est intrigante jusqu'au bout et offre une belle part d'espoir pour la jeunesse issue des milieux défavorisées par la créativité et la collaboration.
La fin m'a un peu déçue par sa réserve mais je crois que je suis trop dans l'attente de fins spectaculaires et vibrantes d'émotions alors que c'était juste un fin vraiment réaliste, haha.
Les acteurs, enfants comme adultes, sont excellents.

I really much enjoyed this realistic and subtle italian film about mafia and more generally about urban pauverty. The story is convincing and intriguing all along and conveys hope for the less favorized youth through creativity and collaboration.
The actors, children as well as grown ups, are terrific.




A DANGEROUS METHOD
David Cronenberg, 2011. Drame psychologique. Royaume-Uni.

J'étais contente de retrouver Keira dans un autre beau film d'époque, mais je dois avouer que je n'ai pas été transcendée par ce film qui a un peu trop délaissé la passion pour la psychologie (bon ok c'est le sujet principal du film mais cela aurait pu être un peu plus dramatique comme le suggère le genre filmique dans lequel il est classé), ce qui l'a rendu, à mes yeux, un peu ennuyeux. C'est dommage car l'histoire, inspirée de faits réels, était propice aux émotions !

I was happy to see Keira again in this beautiful period film, but I have to admit I felt a bit bored by it as it tended to put passion aside, in my opinion. I know the main subject is psychology, nonetheless there could have been more emotions in this film, inspired by a true story, a real complex romance.


A QUIET PLACE 
John Krasinski, 2018. Film d'horreur fantastique. Etats-Unis.

J'ai trouvé ce film d'horreur très beau visuellement et l'idée de base très originale et intéressante, malheureusement de nombreuses incohérences scénaristiques sont venues ternir la crédibilité de ce film très prenant et stressant à souhait. Dommage !

An aesthetically pleasant horror film with an original and interesting plot, although I noticed several incoherences in the narrative, which made it loose much of its credibility. Such a shame, because it was thrilling !



AIR DOLL
Hirokazu Kore-eda, 2009. Drame fantastique. Japon.

Intriguée par le synopsis et l'affiche de ce film, je l'ai trouvé très beau et doux, visuellement, original pour son scénario, mais je suis restée sur une impression assez déprimante sûrement due à la cruauté de ce conte moderne et urbain. Peut être aussi s'est-il avéré trop fantastique à mon goût et trop lent.

Although it was beautiful and poetic, I found this film quite depressing, maybe too slow and too fantastical. A cruel urban and modern tale.

AMERICAN HONEY
Andrea Arnold, 2016. Road movie. Royaume-Uni / Etats-Unis.

Bien que j'ai tenu à le regarder jusqu'à la fin, j'ai été assez déçue par ce road movie.
L'actrice principale, Sasha Lane, m'avait convaincue dans The Miseducation of Cameron Post (que j'avais adoré) et j'étais contente de la retrouver dans ce rôle de jeune perdue, pauvre et fougueuse. Le film révèle de très beaux plans et une certaine sensibilité (le rapport entre la jeune fille et les animaux / insectes apporte quelque chose à son personnage en toute subtilité), mais je l'ai trouvé lassant, car voir des jeunes passer leur temps à fumer des joints, boire de l'alcool et écouter de la musique de merde c'est vite répétitif. On progresse avec eux mais vers nulle part, alors à la fin j'étais juste frustrée : j'aurais aimé en savoir plus sur le devenir de cette ado et des histoires qu'elle vit en parallèle de cet itinéraire.

I was really disappointed by this road movie about a lost and poor teenager trying to find her way out after meeting and joining a bunch of depressing youngsters spending their time drinking alcohol and smoking and listening to crap music. I felt frustrated because this film is so redundant and goes nowhere, just like its sad characters.


lundi 3 juin 2019

Of May And Roses


Alt-J - Taro

Le doux mois de mai est arrivé, entre soulagement d'avoir validé les écrits du CRPE, stress des oraux et promenades ensoleillées au milieu des rosiers.

Quelques anecdotes passionnantes :

- je me suis (difficilement) replongée dans la préparation des mes oraux et j'ai dû répéter au moins 15 fois en une semaine le même texte préparé pour mon premier oral jusqu'à ce qu'il soit le plus "posez-moi des questions auxquelles je sais répondre" possible, haha

- je n'ai jamais autant stressé qu'avant cette première épreuve orale : je pleurais, je me tordais à cause du mal de ventre... Totale perte de confiance en moi ! Finalement, je n'ai montré aucun signe de stress durant mon oral, ce qui est positif (même s'ils m'ont peut-être mis une bonne note de merde, haha... ha.)

-  j'ai aussi appris que j'avais validé les écrits du CAPES d'Anglais, alors que je n'avais absolument rien compris de l'un des trois textes du corpus (celui de Faulkner, si ça vous parle) : j'ai réussi à écrire dans ma copie que les personnages tiraient avec leurs fusils sur des noirs alors qu'ils jouaient juste au golf, hahaha. Pour ma défense, le narrateur de ce texte est fou, d'où la confusion... (hum).

- j'ai encore profité du printemps ensoleillé en me promenant dans mon quartier, qui regorge de maisons aux devantures fleuries et verdoyantes. Cela m'a vraiment emplie de joie et détendue !

- oui, j'ai encore beaucoup mangé en ville (mais moins qu'en avril) (et encore je vous montre pas tout sur le blog hahaha) 😋

J'espère que de votre côté ce mois de mai a été réjouissant, je vous souhaite un fantastique mois de juin ! ♥
 Merci à tous de me lire et de supporter ce blog, depuis si longtemps pour certains ! ♥♥♥


Campo Santo, Orléans
Le mois de mai, à Orléans, c'est synonyme des Fêtes Johanniques, c'est-à-dire cinq jours de festivités dédiées à Jeanne d'Arc, éternelle sauveuse et héroïne de la ville. Un marché médiéval est installé au Campo Santo (les anciennes écuries de la ville, ci-dessus et dessous), de nombreux défilés ont lieu avec écoles, associations... etc, et le dernier jour, une jeune femme représentant Jeanne d'Arc parade en armure sur son cheval, retraçant son légendaire parcours dans la ville. 
Lorsqu'on est pas de la région, c'est assez surprenant car ce personnage de l'Histoire de France n'est pas aussi célébré dans le reste du pays et il y a d'ailleurs peu de fêtes dédiées à un seul et même personnage.
A ce propos, un beau jour début mai, j'étais en train de faire le ménage chez moi, fenêtres ouvertes, quand soudain j'ai entendu un bruit qui ressemblait à des sabots de cheval frappant le sol. Curieuse, j'ai passé ma tête par ma fenêtre et c'est avec stupeur et amusement que j'ai découvert non pas un cheval mais toute une foule dans ma rue, défilant en tenues d'époque et à dos de cheval pour certains. C'était assez cocasse !

La saison des tomates anciennes a commencé et je ne m'en prive pas : en salade, en pizza comme ci-dessus ou dans mes pâtes, impossible de résister ♥

Une tête qui dit "j'en peux pluuus de travailleeeer" alors que j'avais dû à peine passer deux heures sur mes cours d'EPS... Mais oui, c'est vraiment dur de rester concentrée et motivée quand on déteste le sujet de révisions !

Ma fine chemise en soie vintage aux délicates fleurs de toutes les couleurs associée à un body en dentelle orange, un short en jean et de la résille, j'aime mélanger les styles ! 

Dans mon quartier


J'avais repérée ce restaurant avant mon emménagement à Orléans, sa cuisine française originale m'ayant attirée. En réservant sur La Fourchette, il est possible d'obtenir une réduction de -30% le mercredi midi, l'occasion de parfaite de se faire plaisir en commandant entrée-plat-dessert, ce que je ne fais que rarement, ayant un budget limité.
Arrivés sur place nous avons été un peu déçus de constater que le plat qui nous faisait de l'œil, un risotto de fruits de mer, avait disparu de la carte, celle-ci étant été modifiée pour la nouvelle saison (ce qui est toutefois signe de fraîcheur !). J'ai donc opté pour deux entrées plutôt qu'un plat, et je n'ai pas regretté mon choix : le gaspacho à la pêche et au crabe accompagné d'une focaccia aux olives et les oeufs cocotte aux fèves et leurs mouillettes aux câpres étaient un pur régal !
Mon copain avait pris un foie gras en entrée et des aiguillettes de canard arrosées d'une sauce à l'estragon et accompagnées de crosnes, des tubercules que nous avons découvertes ce jour-là. La sauce était savoureuse, la viande bien cuite mais les légumes manquaient un peu de goût.
Enfin, en dessert j'ai testé une tartelette concombre-fraises-chantilly aux amandes : une association surprenante mais très bonne, bien que j'aurais apprécié un peu plus de fraises et une chantilly plus crémeuse.
En conclusion, une carte audacieuse, beaucoup de saveurs et des produits de qualité, le tout accompagné d'une ambiance chaleureuse, avec service et accueil très agréable et musique qui rend nostalgique (j'ai failli pleurer en entendant Mon Vieux, haha).

Pour info, l'entrée-plat-dessert coûte 28€ (sans réduction).


Quand j'ai appris que j'étais admissible au CAPES, mon copain a suggéré que nous allions fêter ça en ville... autour d'un bon repas bien sûr ! 
J'ai longuement hésité entre le cheeseburger, que je prends à chaque fois, et deux entrées à combiner : des ravioles de St Jean au comté fondu accompagnées d'un œuf mollet (normalement c'était des épinards mais ils n'en avaient plus) avec des gambas frites. J'ai finalement très bien fait d'opter pour la nouveauté, car c'était si... mmmh, délicieux !
Mais le comble du délice, c'était le dessert : un cheesecake aux petits suisses et confiture de lait à la texture parfaite ♥ 

Rue de Patay
J'adore emprunter cette rue pour aller à mon travail, en ce moment elle est toute fleurie et les maisons sont trop belles !

Orléans de nuit

Des roses !

|| Dundee Resto Pub ||
Pour décompresser après mon premier oral, nous nous sommes rendus au Dundee, un pub que nous apprécions particulièrement et dont je voulais vous parler depuis longtemps ! J'y commande toujours un verre d'Uby, un délicieux vin blanc que j'ai découvert là-bas. L'accueil est toujours chaleureux et ils servent de très bons hamburgers et fish & chips.

Art urbain rue des Carmes.
 


|| MAISON NADAL ||
Encore un très bon goûter chez Nadal ! On a testé le financier pistache - griotte, le "Précieux" (chocolat - framboise) et la tarte tatin revisitée.

Je pourrais me nourrir de pâtes toute ma vie, surtout accompagnées de tomates, basilic, mozzarella et artichauts


Jardin d'Acclimation, Paris
Ma maman s'étant rendue à Paris avec Maïssa, ma nièce, j'y suis venue passer une journée pour profiter d'un moment en famille, auprès de mes cousines parisiennes. Nous sommes allées au Jardin d'Acclimatation, dont j'avais gardé un formidable souvenir lorsque je l'avais découvert en 2015 avec Sybille
Une fois de plus, j'y ai passé un moment inoubliable, à accompagner les trois petites dans les attractions, à leur faire des câlins toute la journée, rire et échanger avec ma maman et ma cousine ♥
Le parc a été rénové depuis ma première venue, et j'ai vraiment apprécié le soin qu'ils ont mis à conserver l'esprit de la fin du XIXe siècle dans les décors des attractions et des lieux de restauration. Un jardin historiquement riche, attractif et familial.


|| DOSE ||
 Avant de repartir à Orléans, je tenais à offrir à ma maman un bon goûter pour la fête des mères (n'ayant pas pu être avec elle le jour-même). J'étais ravie de la voir se régaler avec des gaufres au praliné maison, noisettes et chantilly ♥ De mon côté, j'ai adoré mes pancakes au sirop d'érable et fruits.

Retour à Orléans...