samedi 15 février 2020

You Better Take Care or Goodbye




   Vous avez peut-être vu passer un aperçu de ce look sur Instagram ou sur Facebook, car c'est la tenue que je portais pour vous présenter mon édition de Fahrenheit 451 (lire mon avis sur le livre ici, un petit coup d'auto-promo ne faisant jamais de mal haha). 
Toujours en quête de couleurs pour égayer les sombres journées d'hiver à Montargis, j'ai combiné le vieux pull à motifs géométriques de mon papa à ma nouvelle jupe plissée jaune, que vous aviez récemment vue dans cet article. Sur ces photos, la couleur de ma jupe est bien plus proche de la réalité que sur les précédentes.
Je ne résiste jamais à l'ajout d'un petit col, ici bordé de dentelle, par dessus mes pulls - ce qui me permet aussi d'avoir une seconde couche de vêtement sur moi, ce pull n'étant étonnamment pas chaud du tout. 
Enfin, j'ai accessoirisé avec ces boucles d'oreille or et rouge que ma petite sœur m'a offertes pour mon anniversaire, des collants vert kaki et mes bottines en daim camel fourrées que je porte rarement car je ne suis toujours pas à l'aise avec les talons...

Que pensez-vous de cette tenue ?


Sweater - Vintage from my dad
Shirt - Vintage
Skirt - Daphnéa (Vinted)
Tights - Calzedonia
Shoes - Minelli (Vinted)

mercredi 12 février 2020

Nobokov, You Fooled Me


Nabokov, you fooled me.


'Cause when I was 16 I was so insecure, clueless as what I would do after highschool and I believed I existed only through men's desire.

Lolita, when I tought you truly existed, you were only the perverse creation of a man who loved you passionnately but in such a destructive, noxious and irresponsible way.

You simply are Dolores. Maybe Dolly at school, but Lolita you were only in his arms, and this is not where you should, would have been. I am sorry I naively thought you were behind all this, fiendish little temptress, you were only a child searching for a father figure, a lost child, twelve years old and a half.

I am sorry I stated loud and clear in my Literature class that you had first made love with him in this gloomy hotel. It was not love but a rape. The first one.
I am sorry I believed that at twelve years old and half, a girl can be responsible for her body and her desires. I am sorry I sometimes forgot you were only twelve years old and a half.

I've been fooled because I thought I recognized myself in you, but also in your torturer. I recognized myself in this little girl who only existed through his eyes : Lolita. I recognized myself in him and his mad love, his deep pain, and I blamed you, I hated you for making me suffer that much. But it never was you. It was him. Him who should not have done all this. Him who should not have fallen in love with Lolita. Him who was sick and a criminal.

Nymphets don't exist, but victims of pedophiles do.

Nabokov, you convinced us their love was of the purest kind, and you secretly laughed at us.
You convinced us that to sexualise a twelve years old and a half girl was normal, and maybe then you were scared. Or maybe you simply hoped your readers would understand what you meant, hate Humbert and pity Dolores.

I was blinded by the pathos, dazzled by your convoluted style, talent for writing about a horrible crime in the most charming, delicate way... I refused to admit what I knew deep down : Lolita didn't exist and had never existed ; there only was Dolores, the little orphan girl, marginalized and deprived of her innocence and happiness by a man who thought he loved and protected her.
Lolita had no soul and was merely the fantasy of a mad pervert, and Dolores never had a chance to speak, just like many victims today.

I am sorry.



 ♥♥♥

Nabokov, tu m'as bien eue. 

Parce qu'à 16 ans j'étais si peu sûre de moi, de mon avenir et parce que j'étais persuadée que je ne pouvais exister qu'à travers le désir masculin.

Lolita, moi qui pensais que tu existais vraiment, tu n'étais que la création perverse de l'homme qui t'aima, certes si passionnément, mais d'un amour destructeur, malsain et irresponsable.

Toi tu étais Dolores, simplement. Dolly peut-être, à l'école, mais tu n'étais Lolita que dans ses bras, et ce n'est pas là que tu aurais dû ni voulu être. Je suis désolée d'avoir naïvement cru que tu étais derrière tout cela, petite tentatrice démoniaque, tu n'étais qu'une enfant en quête d'une figure paternelle, une enfant perdue, à douze ans et demi.

Je suis désolée d'avoir clamé en cours de littérature que tu avais fait l'amour pour la première fois dans cet hôtel affligeant. Ce n'était pas l'amour, c'était un viol. Le premier.
Je suis désolée d'avoir pensé qu'à douze ans et demi, on pouvait être responsable de son corps et de ses désirs. Je suis désolée d'avoir oublié que tu n'avais que douze ans et demi.

J'ai été dupée parce que je croyais me reconnaître en toi, mais aussi en ton tortionnaire. Je me suis reconnue en cette petite fille de toutes pièces par lui : Lolita. Je me suis reconnue en lui et son amour fou, sa souffrance profonde, et je t'ai accusée, je t'ai haïe de me faire tant souffrir. Mais ce n'était pas toi. C'était lui. Lui qui n'aurait pas dû faire tout cela. Lui qui n'aurait pas dû tomber amoureux de Lolita. Lui qui était malade et criminel !

Les nymphettes n'existent pas, mais les victimes de pédophiles oui.

Nabokov, tu nous a convaincues que leur amour était le plus pur, et tu t'es bien moqué de nous.
Tu nous a convaincu qu'il était normal d'être sexualisé à douze ans et demi, et tu as peut-être eu peur. Ou peut-être espérais-tu que tes lecteurs avisés te comprennent, haïssent Humbert et plaignent Dolores ?

Aveuglée par le pathos, éblouie par ton talent certain d'écriture au style alambiqué, je n'ai pas voulu admettre ce que je savais au fond depuis le début : Lolita n'existait pas, n'a jamais existée, et il n'y avait que Dolores, la petite fille orpheline, rendue marginale et malheureuse par un homme qui croyait l'aimer et la protéger.
Lolita n'avait pas d'âme et n'était que le fantasme d'un fou pervers, et Dolores n'a jamais pu parler, n'a jamais pu témoigner, comme tant de victimes aujourd'hui.

Je suis désolée.


samedi 8 février 2020

Now Everybody's Staring At My Mess




Some day back to when I used to live in Orléans, my boyfriend took these pictures of me for we had found this charming and quiet little dead end street. It is quite surprising for the street is a bit hidden from passing people, below a road leading to the higher part of the town, although it's really beautiful with this astonishing Renaissance facade and this bright red timbered house.

I like the fact that such a street stays a bit unseen, waiting for some adventurers to come and enjoy its peace and beauty.
If I waited that much and eventually forgot to share these pictures it's because I didn't like my hairstyle and the way the colours of my blouse aren't coordinated with the background. But these pictures were not planned and my boyfriend insisted on taking some spontaneously so I thought it would make lovely souvenirs from this street and it is actually even more special to find them months later and finally write and share this article !

Anyway, I hope you will like a bit these pictures even though they're far from ideal !


En juillet dernier, quand j'habitais encore à Orléans, mon copain a spontanément pris ces photos de moi alors que nous venions de découvrir cette petite impasse, trésor architectural bien dissimulé et pourtant en plein cœur du centre historique de la ville. Ces deux façades si belles, l'une typiquement Renaissance, en pierre sculptée, l'autre à colombages rouge sang, plus représentative du Moyen-Âge, offraient un décor parfait pour des portraits, même si ma tenue n'était pas dans les mêmes tons.

Si j'ai tant attendu avant de partager ses photos, c'est parce que je n'aimais pas du tout ma coiffure et que j'ai donc tardé à les trier et les retoucher, me disant que j'étais moche sur toutes haha. 
J'espère que vous serez indulgents ( :












Blouse - Zaful
Jeans - Pull & Bear
Earrings - Zaful
Shoes - San Marina

dimanche 2 février 2020

January Thrills & Chill




Ce mois de janvier... 

- j'ai profité des derniers jours de vacances pour photographier plein de tenues pour le blog ! 👗

- j'ai eu froid, bien froid ❄

- je suis tombée malade et je me suis bloqué le dos pendant plusieurs jours (bonjour la vieillesse) 🤒

- j'ai eu le sentiment agréable de mieux gérer mon emploi du temps en classe, et j'ai retrouvé mes élèves avec joie après les vacances (certains m'ont fait des petits cadeaux de rentrée : trop mignon !) 👩‍🏫

- j'ai profité de semaines sans cours à l'ESPE (après un premier semestre pas si "allégé" que ça malgré mon Master, le second l'est vraiment !) pour passer plus de temps à Montargis avec mon copain...

- ... et pour partir à Bordeaux, enfin ! J'ai pu profiter de ma sœur, ses filles et mes amies le temps d'un weekend rallongé ♥♥♥

- trois boutons de mon manteau se sont décousus alors que j'avais payé 20€ chez une couturière en novembre pour tous les faire recoudre... et j'ai regretté de ne pas savoir le faire moi-même (à ce jour les boutons ne sont toujours pas recousus) 😒

- je me suis (encore) un peu lâchée sur les sorties restaurants et salons de thé - la faute à Bordeaux !🙊

- j'ai fait du tri dans mes dossiers de musique sur mon ordinateur car j'avais des vieilles chansons que je n'écoutais plus depuis des années et ça m'a permis de redécouvrir des artistes et leurs nouvelles chansons, comme Metronomy ! 🎧

- j'ai regardé la série Chernobyl et j'hésite à en parler sur le blog dans un article spécial séries, parce que j'en regarde très peu donc j'aurai pas grand chose à dire...

Et pour vous, il était comment ce mois de janvier ?


Autoportrait emmitouflée au bord du Canal de Briare, sur d'anciennes rails qui conduisent à l'usine derrière moi. Je ne sais d'ailleurs pas de quel genre d'usine il s'agit, je sais juste que des gens y travaillent encore, visiblement. J'aime bien le côté industriel glauque mais j'aime bien aussi savoir ce qu'il se passe dans les usines près de chez moi (oui, j'ai été traumatisée par Chernobyl) 🤔


Ma passion pour cette boulangerie montargoise n'a pas décrue en janvier, haha. Nous nous sommes régalés avec leur galette frangipane (l’Épiphanie étant bien évidemment une simple excuse pour se bâfrer un peu plus !) leurs multiples viennoiseries et leurs gressins au chorizo♥ ! 😋


Deux petites nouveautés :
Ci-dessus, une paire de collants à fleurs rouge bordeaux sur laquelle j'ai craqué chez Calzedonia, et ci-dessous, une pochette verte à paillettes dorées, offerte par la sœur de mon copain♥


|| LA CANTINE ||
Un mercredi midi, nous avons testé ce restaurant montargois à la cuisine traditionnelle et familiale : feuilletés au reblochon et lardons en entrée (du léger quoi, haha), confit de canard et écrasé de pommes de terre pour moi et pièce de bœuf sauce au poivre et pommes de terre grenailles pour mon copain.
Nous nous sommes régalés avec ces plats simples mais goûteux ! En terme de prix, c'est abordable mais j'ai toujours cette impression que tout est plus cher qu'à Bordeaux... peut-être par manque de concurrence ?
La serveuse était très gentille et nous a demandé plusieurs fois si nous avions bien mangé (un geste de politesse je trouve, qui permet de complimenter ceux ou celles en cuisines mais aussi de dire quand il y a un petit bémol, ce qui manque parfois).

Lever de soleil un peu trop beau à Montargis



Un long weekend à Bordeaux :

|| KOKOMO ||
Demander à un enfant ce qu'il VEUT manger pour le déjeuner n'est pas forcément la chose à faire pour se diriger vers un repas sain et équilibré mais quand la personne qui pose la question est aussi gourmande que l'enfant en question, "des frites... et un hamburger" semble un choix tout à fait judicieux 😂 
C'est ainsi, grâce à Maïssa, que j'ai emmené ma sœur et ses filles au Kokomo, ma cantine de burgers préférée à Bordeaux ♥ Je n'y avais pas mangé depuis l'été passé et je dois dire que les retrouvailles furent des plus croustillantes, fondantes et savoureuses 🤤 
Leur California est pour moi franchement imbattable ! Ma sœur s'est à nouveau régalée avec le burger végétarien et son gros champignon portobello, tandis que Maïssa s'est délectée d'un mini cheeseburger
Alya n'a fait que picorer des frites, ayant englouti une purée de légumes que le restaurant a eu la gentillesse de faire réchauffer au bain marie.
 

|| MØNA ||
Après une pause à l'aire de jeux pour se défouler et digérer le repas, je n'ai pas eu besoin de Maïssa afin de nous conduire chez Møna pour le dessert/goûter 🙈
Nous avons opté sans hésitation pour la tarte chocolat-noisette-caramel qui nous avait été annoncée comme particulièrement fondante ce jour-là, et je dois dire qu'elle l'était, en plus d'être aussi délicieuse que d'habitude♥
Quand je retourne à Bordeaux, cette adresse fait partie de celles que je ne veux pas rater !


En fin d'après-midi, j'ai quitté ma sœur et mes nièces pour rejoindre mes amies Noémie et Fanny. Après un passage à la boutique Dr. Martens qui m'a juste trop donné envie d'acheter plein de une nouvelle paire, nous sommes allées prendre un verre au Cock and Bull, ancien bastion de nos années licence !

|| MOKOJI ||
Après une journée faste en termes caloriques, je n'étais pas prête à m'arrêter en si bon chemin ; )
Quand les filles ont suggéré un dîner au Mokoji, je me suis dit que c'était une option plutôt saine pour finir la journée, et j'ai surtout pensé à leur succulent poulet frit aux cacahuètes à partager en entrée. J'ai été raisonnable et j'ai laissé ma seconde part aux filles, haha.
Je n'ai pas pris de photo de mon plat mais c'était le même que la dernière fois, un bibimbap végétarien copieux et savoureux.
Mes copines ont partagé un banoffee en dessert, auquel je n'ai pas touché mais simplement pris en photo (voyez comme j'ai été sage).

Place Pey Berland


 || HORACE ||
J'y suis allée deux fois pendant mon séjour. La première fois avec Caroline pour le goûter, la seconde fois toute seule, pour déjeuner
Je me suis régalée à chaque fois et j'ai découvert une de leur boisson chaude trop bonne : le chocolat chaud au caramel ♥  Sinon, le midi, j'ai commandé une assiette de chili sin carne, patate douce et butternut rôti, le tout étonnamment accompagné de pop-corn ! C'était un délice, et plutôt sain comme repas ! (oui je dis ça pour compenser le fait que j'ai préféré manger en ville et donc dépenser plutôt que de manger chez ma sœur - qui était au travail, je précise) ; )
Bon, je dois avouer que j'ai ramené le dessert chez mon amie Sarah juste après : une part de carrot cake pour elle, une part de tarte citron-meringuée pour moi 😋

Goûter avec Caroline

Comme toutes mes amies bordelaises, je n'avais pas vu Caroline depuis l'été dernier. Nous avons bien fait de nous retrouver dans un salon de thé car il faisait un froid glacial dehors ! Nous avions d'ailleurs prévu de faire des photos, mais à cause du temps humide, froid et venteux, mon appareil photo était hors d'usage (je crois qu'il y a un faux contact amplifié par ces conditions météorologiques mais en vrai j'en sais rien - les seules photos qu'on a pu faire sont les deux dessous - pure folie haha) et de toute manière j'avais vraiment trop froid pour enlever mon manteau et dévoiler ma robe en dentelle (donc ajourée, lol).


Le lundi, je suis allée récupérer ma nièce Maïssa à l'école et je l'ai amenée au parc en attendant que ma sœur - sa maman - rentre du travail. Là encore il faisait vraiment très froid alors on est bien vite rentrées au chaud à la maison ! 
J'ai évidemment adoré ce moment où ma nièce m'a reconnue dans la cour et qu'elle a crié mon nom en courant vers moi et en annonçant aux surveillantes que j'étais sa tatie (même si je déteste cette appellation haha) ♥
Maïssa a grandi et c'est vraiment génial de pouvoir discuter avec elle : l'écouter raconter ses aventures à l'école, avec ses copains, sa petite sœur ou ses parents me remplit de joie et me donne tellement envie d'être moi aussi maman ! 
Ce jour-là je suis revenue avec un petit cadeau pour chacune (Noël en décalé 🙃) : un puzzle d'association avec des animaux trop mignon pour Alya, et un album intitulé Le Secret du Loup pour Maïssa, que je trouvais très beau autant par ses illustrations que par l'histoire (un émouvant récit de tolérance et d'amitié 😢) et que la maîtresse a lu à la classe dès le lendemain (j'étais pas peu fière haha - j'avais trop envie de lui dire "JE SUIS MAÎTRESSE MOI AUSSI" 😄).



Le soir, j'ai rejoint mon amie Mariana pour des retrouvailles émouvantes. Je ne l'avais pas vue depuis un an au moins donc nous avions beaucoup à rattraper !
D'ailleurs, je crois bien que la dernière fois que j'avais passé du temps avec Mariana, je l'avais "interviewée" pour le blog mais nous n'avons jamais pu réaliser les photos... j'espère pouvoir un jour publier cet article pour vous présenter cette personnalité touchante, forte et dont le rire adorable est toujours si agréable à entendre : )



J'ai passé mon dernier repas à Bordeaux en compagnie de mon amie d'enfance Laura. Elle n'avait encore jamais testé Kitchen Garden, et comme elle est végétarienne, c'est une adresse idéale puisque tous les plats sont sans viande. 
Nous avons apprécié nos assiettes, copieuses et savoureuses, et avons terminé sur la même note sucrée : un banana bread fondant
J'étais trop contente de revoir mon amie qui avait plein de choses à me raconter depuis l'été dernier, et nous avons beaucoup rigolé, comme d'habitude 🙊


Cette pâtisserie franchisée spécialisée dans la meringue et la brioche a ouvert à Bordeaux il y a environ deux ans, mais je n'y avais jamais été. C'est mon amie Fanny qui m'a proposé de nous y installer, peu avant que je parte prendre mon train pour rentrer.
N'étant pas une amatrice de meringue (même si je ne doute pas que la leur doive être très bonne !), j'ai opté pour la brioche aux pépites de chocolat à partager qui, je dois dire, faisait particulièrement envie. Elle était si fondante et délicieuse ! 🤤 Accompagnée d'un chocolat viennois à la noisette, le goûter était parfait.

Au revoir Bordeaux !♥


Daily outfits :