jeudi 22 août 2019

A Cinema List - 31



Les vacances d'été et la fin de mon concours m'ont donné l'occasion de regarder des films sereinement (c'est-à-dire sans culpabiliser de ne pas travailler, haha) et d'aller au cinéma en profitant des tarifs moins chers du matin (au Cinéma des Carmes à Orléans, cinéma d'arts et d'essai indépendant).
En terme de diversité culturelle, quatre films sont des productions américaines, mais je suis contente de vous présenter un film africain, ce qui est malheureusement assez rare, et trois films européens.
Enfin, pour une fois, le ratio réalisateurs/réalisatrices est relativement équilibré, ce qui est positif !

N'hésitez pas à commenter cet article pour partager votre avis ou vos suggestions, je serai ravie de vous lire et de vous répondre ! : )


Total de films vus : 8
Nationalités : Italie (1), Etats-Unis (4), Royaume-Uni (1), Kenya (1), France (1)
Supports : cinéma (2), DVD (4), autres supports (2)
5 réalisateurs, 4 réalisatrices


PIRANHAS 
Claudio Giovannesi, 2019. Drame / film de gangster. Italie.

Je suis toujours contente d'aller au cinéma, d'autant plus lorsque le film projeté me fait un tel effet !
Les premières secondes, je me suis demandée si j'allais réussir à m'attacher à ce gang de jeunes insolents et fougueux... le pari a été réussi : j'ai été totalement transportée et convaincue par cette équipe de jeunes acteurs, non professionnels pour la plupart, mais aussi par la bande-son pénétrante et cette histoire aussi passionnante que déconcertante, où la loyauté et les jeux de pouvoir se dévoilent au sein de ces baby-gangs napolitains.
Un coup de cœur.



LITTLE MISS SUNSHINE

Jonathan Dayton & Valerie Feris, 2006. Comédie dramatique. Etats-Unis.

Alors que je craignais un film ennuyant et mièvre, ce road movie familial m'a surprise par son humour noir et son scénario incongru et palpitant.
Un beau film drôle et touchant - je ne me suis pas du tout ennuyée, au contraire !



THE PARTY

Sally Potter, 2017. Comédie dramatique. Royaume-Uni.

   Quoique déconcertée au premier abord par le choix du noir et blanc (je regarde de moins en moins de films anciens donc j'en ai perdu l'habitude), j'ai été séduite par ce huit-clos cynique et son jeu d'acteur époustouflant, plein de rebondissements du début à la fin.




RAFIKI

Wanuri Kahiu, 2018. Drame sentimental. Kenya.

Je suis tombée par hasard sur ce DVD à la médiathèque, attirée par les couleurs vives de la couverture et le sujet : un amour "impossible" entre deux jeunes filles kenyanes issues de milieux sociaux différents.
L'homosexualité dans un Kenya contemporain est abordée sans clichés, avec un aspect social très intéressant (les rapports hommes-femmes, entre femmes et familiaux) et un jeu d'acteur touchant de sincérité.
Comme le livre la réalisatrice dans une interview visible dans les bonus du DVD, elle a choisi de créer un film coloré, joyeux et beau et c'est complètement réussi ! Apparemment, son film s'inscrit dans une mouvance appelée le cinéma "bubble gum Africa", qui donne envie d'en voir plus.

Quel dommage que le film ait été interdit dans son propre pays de réalisation !



THE DEAD DON'T DIE

Jim Jarmusch, 2019. Comédie horrifique. Etats-Unis.

Egalement vu au cinéma, le casting de ce film de zombies m'a totalement surprise et séduite et j'ai passé un bon moment, mais avec quelques réserves tout de même.
En effet, j'ai trouvé que le film était assez lent et qu'il manquait un climax, alors que dans un film d'horreur, même comique, on s'attend vraiment à ressentir une ascension de la peur, de la tension...
De plus, j'ai trouvé que l'aspect méta-fictionnel était assez mal apporté et inutile, et que certains traits d'humour étaient un peu redondants.
Enfin, la critique sociétale qui est faite à travers l'image des zombies est lourde et totalement surfaite (oui, la société de consommation c'est mal, on le sait).

A mon sens, ce n'est pas un mauvais film, car il regroupe des acteurs formidables et le scénario est chouette, mais je n'ai pas réussi à déterminer si c'était une œuvre prétentieuse ou bien trop second-degré... Je dois avouer que j'en attendais beaucoup, ce qui n'est jamais une bonne chose ; )




LE GOÛT DES AUTRES

Agnès Jaoui, 2000. Drame sentimental. France.

Ma culture cinématographique française n'étant pas très large, j'étais ravie de découvrir cette comédie française que j'ai trouvée de très bon goût.
Le film aborde les relations hommes-femmes avec humour ; il est touchant et intriguant. J'ai adoré les personnages d'Alain Chabat et Gérard Lanvin, qui jouent tout deux à merveille et qui m'ont bien fait rire (surtout le premier).
Il faut cependant reconnaître que malgré le comique, le film est un brin déprimant, haha.




LONG SHOT

Jonathan Levine, 2019. Comédie sentimentale. Etats-Unis.

Séduis-moi si tu peux ! en VF - autant vous dire que si j'avais vu le titre français avant de regarder ce film, j'aurais probablement fui, haha. Et c'eut été stupide, car j'ai passé un bon moment devant cette comédie romantique qui réunit deux acteurs charismatiques, la divine Charlize Theron et l'hilarant Seth Rogan : un duo improbable qui m'a finalement convaincue et dont l'histoire est prenante !



DRIVE

Nicolas Winding Refn, 2011. Thriller. Etats-Unis.

Malgré une bande-son et une photographie fort agréables et la présence de Carrey Mulligan, que j'apprécie particulièrement, ce film ne m'a pas vraiment conquise et je me suis ennuyée, sans doute à cause du manque de dialogues et d'un rythme trop lent - alors que le scénario avait beaucoup de potentiel !


vendredi 16 août 2019

When I Was His Daydream...



When I was his woman, I pleased him
I’d lead him to the tip
When I was his mistress, oh oh
I gave him cheap thrills
When I was his princess, silk and satin and lace
I'd wear for him

He was a big freak !
Flim, flam, floozy, fantasy

When I was his housewife
I’d scrub him, I’d love him, I’d cook his meals
When I was his geisha, oh oh
I got down and hips
When I was his flower
I’d answer to the name of Rosie May

He was a big freak !
I used to say all kinds of dirty thangs

When I was his mother
I’d hold him like a baby in my arms
When I was his lover
Oh, I drive him out of his mind
When I was his daydream
Ain’t no need to tell you what that means...


Une tenue qui n'est pas sans rappeler les pin-up des années 50, vous ne trouvez pas ?
C'est en tout cas ce à quoi j'ai pensé en associant cette (nouvelle) chemise en vichy jaune, nouée, à ma jupe droite en daim bleu.
 J'ai agrémenté le tout de boucles d'oreille dorées m'évoquant la flore marine, donc la mer, donc les vacances, ce qui était raccord avec l'idée d'une tenue très estivale et rétro, les bijoux inspirés de la mer étant très en vogue dans les années 50, me semble-t-il (dites moi si je me trompe) 😁

Alors, que pensez-vous de cette tenue et ces photos - prises dans mon appartement juste avant qu'il ne ressemble à un champ de bataille pour cause de déménagement ?


Shirt - Vintage (Vinted)
Skirt - Missguided
Earrings - Second Hand (Trafic)
Chaussures - San Marina


INSPIRATION
Elizabeth Taylor dans une chemise en vichy jaune nouée sous la poitrine.

lundi 12 août 2019

Comment Réussir le CRPE (au bout de la 3ème fois)


  J'ai toujours aimé l'école, mais pour autant j'ai toujours détesté apprendre mes leçons par cœur et faire mes devoirs. Et alors maintenant que je sais qu'il est formellement interdit d'en donner (à l'école primaire) depuis 1956 (!), j'ai comme l'impression de m'être fait avoir - pas vous ? 
Sérieusement, j'ai toujours eu mieux à faire que de répondre aux questions de la page tant du manuel de SVT ou d'enchaîner trois exercices de mathématiques trop difficiles pour moi : aménager ma maison Playmobil, écrire un roman, construire une maison dans les Sims...
Bref, difficile d'imaginer qu'avec tout ça j'aie envie de devenir professeure des écoles (mais moi je donnerai pas de devoirs à mes élèves).
Mais le pire pour moi c'était de passer ce fichu concours. Et puis tant qu'à être relou, autant le passer trois fois plutôt qu'une ! Pour encore plus de fun !

Comment j'ai fait, moi, la grosse FLEMMARDE de la vie, pour enfin réussir le CRPE ?

1) Je ne me suis jamais (complètement) découragée 👊

2) J'ai changé d'académie (oups) 😅

3) Et puis... ben j'ai travaillé !😏

© Nishe

MOTIVATION

La première année, j'ai eu de bonnes notes sans trop de préparation (parce que fuck la logique), et j'ai même fini sur liste complémentaire, avec une moyenne de 14,8/20 alors qu'il fallait 15 pour être pris. Et j'ai pas été appelée à 3 places près.
J'avais un peu ce qu'on appelle le seum, mais en même temps ça me faisait un peu peur de m'imaginer là, direct avec une classe devant moi ! 

C'est donc sans rancune que je me suis lancée dans une deuxième année de préparation, où je m'y suis mise à fond, motivée par le fait de ne plus jamais retourner à Agen ! J'y croyais, tout s'était bien passé... puis j'ai vu mes notes catastrophiques, humiliantes ! J'avais 7/20 de moyenne !
Cet échec cuisant m'a fait perdre énormément de confiance en moi : je ne comprenais pas ce qui avait pu me faire perdre autant de points aux oraux, et j'avais envie d'abandonner, dégoûtée.

C'est donc difficilement que je me suis remise à la préparation de mon concours, pour la troisième année de suite. Ce qui était étrange, c'est que j'avais l'impression de connaître déjà beaucoup, de n'avoir besoin que de réviser, et en même temps les notes terribles me revenaient en face et je me disais que quoi que je fasse cela ne servirait à rien, que c'était trop dur pour moi... Mais j'avais aussi le souvenir de mes très bonnes notes de  ma toute première session, alors je me suis accrochée à ça pour rester motivée.



CHOISIR SON ACADEMIE

Après avoir validé mon M2, j'ai suivi mon copain à Orléans, où il avait été affecté pour son travail. Cela signifiait donc changer d'académie, et deux choix s'offraient donc à moi :
- passer le concours dans l'Académie de Bordeaux, où la barre d'admission était montée à 16/20 et accepter que si je l'avais, je devais vivre loin de mon copain ;
passer le concours dans l'Académie d'Orléans-Tours, où la barre d'admission était à 10/20 environ et rester vivre avec mon copain.

J'ai donc fait le second choix, et c'est cela qui m'a permis d'avoir mon concours, car avec ma moyenne de 12,5/20, je ne l'aurais pas eu à Bordeaux une nouvelle fois et il faut dire qu'être dans un couple stable, avec pour objectif d'avoir un enfant le plus tôt possible, m'a beaucoup aidée à rester motivée !

Cela implique donc que je suis obligée de commencer ma carrière dans l'Académie d'Orléans-Tours, mais nous projetons de revenir à Bordeaux dès que cela sera possible... dans plusieurs années !



MA PREPARATION

En ce qui concerne ma préparation au concours, je ne me sens pas légitime de vous donner des conseils (si le CRPE vous tente), parce que j'ai eu mon concours au bout de trois fois et que je n'ai pas eu une moyenne excellente, mais si vous vous retrouvez dans mon profil d'étudiante passionnée mais flemmarde, je vais vous expliquer un peu ce que j'ai fait pour l'avoir cette année 💁‍♀


  • en trois ans, j'ai eu le loisir de faire absolument tous les sujets de CRPE qui existent (il y en a trois différents par an depuis 2014 - le concours n'était pas le même avant), entre les officiels et tous les sujets blancs que j'ai pu trouver sur internet et que l'on m'a donnés à l'ESPE, mais je vous conseille de tous les traiter en un an, ce que j'aurais fait dès le début si je m'étais rendu compte de la difficulté ; )
  • j'ai enchaîné les exercices de maths et grammaire niveau collège pour me perfectionner et éliminer la moindre hésitation. Pour cela j'ai acheté des manuels d'entraînement pour chaque classe du collège, j'ai cherché des exercices corrigés sur internet pour chaque notion et je faisais ça tous les jours. J'ai utilisé quelques manuels de préparation au CRPE mais je les trouve nuls car il y a pas mal d'erreurs et les corrections sont souvent hors-propos, parfois trop légères.
  • j'ai pris des cours particuliers avec une étudiante pour renforcer les notions qui me posaient problème en maths - quelques cours ciblés m'ont suffi, accompagnés bien-sûr de séries d'exercices.
  • dans le cadre de mon travail - une garde d'enfant périscolaire - j'ai pu assister à des cours de natation et handball pour enfants (pour préparer l'un des thèmes d'EPS, ma bête noire), réaliser un stage de deux semaines dans son école, en CE2 (j'avais déjà fait des stages durant mon master, je précise) et rencontrer des professeurs qui m'ont proposé leur aide. Quelle que soit votre situation, réalisez des stages supplémentaires et n'hésitez pas à demander partout si vous pouvez rester pour observer, prendre des notes, poser des questions... 
  • la Mission Locale peut délivrer des conventions de stage pour les moins de 25 ans, ce qui m'a permis de réaliser en tout deux stages de deux semaines, très utiles et enrichissants : vu que j'y allais de moi-même, je choisissais ce que je voulais observer pour le concours)
  • j'ai donc bénéficié d'entraînements aux oraux avec les professeurs rencontrés en stage ce qui a été TRÈS UTILE (j'ai eu 16/20 à un oral sur dossier que les profs m'ont fait revoir)
  • lors d'un stage dans une maternelle de Paris en REP, j'ai vu tellement d'enfants à lourds troubles du comportement que j'ai décidé de prendre un petit cours avec une amie qui travaille en psychiatrie, auprès d'enfants scolarisés : cela m'a permis de mieux comprendre ces enfants, leurs angoisses et leurs manifestations, et d'en savoir un peu plus sur ce qu'on peut leur apporter à l'école
  • en terme d'organisation, je faisais des emplois du temps pour me forcer à travailler sur des plages horaires allant de 8h par jour (quand j'étais à fond) à 2h par jour (quand j'en pouvais plus) ou alors je me fixais des objectifs sur une semaine, ce qui marchait bien
  • enfin, j'ai toujours essayé de faire de mon bureau un espace de travail agréable, pratique, bien décoré et bien rangé, avec les fiches utiles accrochées au mur au dessus de mon bureau...
Pour résumer, il ne faut faire d'impasse sur aucun sujet, maîtriser à la perfection le plus de notions possibles et accumuler les expériences en école car elles vous seront d'une aide précieuse aux oraux, surtout pour vous démarquer des autres !



Au final, je garde toujours l'impression que ce concours m'a un peu gâché la vie durant ces trois dernières années, car j'ai drastiquement diminué mes loisirs, je voyais peu ma famille et quand je le faisais je culpabilisais de ne pas travailler.
Cependant, je suis très reconnaissante d'avoir eu la chance de pouvoir achever mes études et passer une année supplémentaire à préparer le concours sans une trop grande préoccupation financière, ce qui m'a été rendu possible par la bourse d'aide à la scolarité sociale, une aide de mes parents, puis la ARPE et la Mission Locale.
J'ai toujours fait un peu de babysitting, mais je ne prenais pas cher de l'heure et surtout, à l'approche du concours, je n'avais plus le temps car je devais travailler la journée, me coucher tôt le soir...

Pouvoir faire ses études sans avoir un travail à côté est un luxe et j'ai conscience que tout le monde ne peut pas se le permettre.

Maintenant que j'ai le concours et que je vais pouvoir commencer à exercer le métier que je prépare depuis trois ans, je suis pleine d'excitation, d'angoisses et d'ambitions... et je souhaite de tout cœur m''y épanouir ! Je vous en parlerai bien entendu sur le blog ; )


Cet article vous a intéressé ? Vous aimeriez en savoir plus ? 
N'hésitez pas à me faire part de vos questions et retours en commentaire !♥

Pour connaître mon parcours scolaire et l'évolution de mes choix d'orientation professionnelle, je vous invite à lire cet article qui y est dédié.

jeudi 8 août 2019

In the Cool of the Morning




J'ai rencontré Frédéric lors de cette séance photo à l'argentique, au beau milieu des vergers de cerisiers à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, un village près d'Orléans.
Si ce lieu doit être magique au printemps, lorsque les arbres sont en fleurs, la promenade entre les arbres pleins de cerises charnues était dépaysante. Je n'avais jamais posé dans un verger, cadre bucolique qui regorge de détails à exploiter : allées verdoyantes en profondeur, fruits rouges, branches dansantes, vieilles caisses en bois recouvertes de lierre, échelle abandonnée contre un arbre...
Bref, une belle expérience et une belle rencontre avec un photographe talentueux !

Je vous présente aujourd'hui les photographies noir et blanc, en espérant que ces portraits vous plaisent... en attendant la suite en couleur ! ; )

Si le travail de Frédéric vous plaît, découvrez son site internet et suivez-le sur Instagram (suivez les liens) : )


Robe - Asos
Lunettes - Ray Ban

dimanche 4 août 2019

Falling In Love Again




   Une tenue composée de deux nouvelles pièces de ma garde-robe ! J'ai déniché ce tee-shirt bleu ciel chez Trafic, l'une de mes friperies bordelaises préférées (avec qui j'avais d'ailleurs collaboré, voir l'article), pour seulement 3€, et cette jupe à 4€ sur Vinted.
Vous le savez, j'adore associer le bleu et le rose (mes deux couleurs favorites), et je trouvais que cette jupe fleurie, assez près du corps, allait bien avec un tee-shirt large - et en plus y'a du bleu sur les petites fleurs de ma jupe (: Les grosses perles de mon collier (que j'adore et que j'ai depuis longtemps) habillent un peu le haut uni et apportent une touche de relief à cette tenue simple.

Que pensez-vous de cette association ?

Pour information, je poursuis mon challenge "zéro vêtement neuf" et j'ai à cœur de tenir au moins jusqu'à la fin de l'année (je ferai sans doute un bilan à ce moment-là). Cet été j'ai trouvé quelques pièces d'occasion comme ces deux-là, et j'en suis très contente car ce n'est pas aussi facile que d'acheter du neuf, entre les pièces usées, trop chères, la taille qui ne correspond pas...
Bref, j'espère que ce trouvailles vous plaisent : )


Tee-shirt - Mango (Trafic Bordeaux)
Skirt - H&M (Vinted)
Necklace  - H&M
Glasses - Ray Ban
Sandals - San Marina