samedi 4 juillet 2020

Emotional June


J'ai pris très peu de photos durant ce mois de juin mais je n'ai cependant pas eu le temps de m'ennuyer entre l'école à distance, les rendez-vous médicaux et la préparation de l'arrivée de mon bébé : c'était un mois bien rempli !


Ma vie en été : des tomates, des pâtes, des courgettes, du parmesan et du basilic♥

Mes dernières semaines de travail :

J'ai passé la première moitié de juin à préparer les cours à distance et corriger les rendus d'élèves, en travaillant du lundi au dimanche afin de pouvoir respecter des délais assez courts, et parce que, encore une fois, corriger des exercices sur un support numérique me prend plus de temps que sur papier.
J'ai traversé une petite phase de déprime et de grosse fatigue à ce moment-là parce que j'avais enchaîné les semaines de travail intense et je me suis vraiment sentie seule face à mes préparations. J'ai eu un peu l'impression de faire beaucoup d'efforts pour pas grand chose car les élèves se sont mis à rendre de moins en moins leurs devoirs et les réponses à mes longs messages d'encouragement / correction se faisaient plus rares.
Mes collègues qui avaient repris en présentiel étaient sous pression, j'ai ressenti quelques tensions et pour finir, je vous avoue que j'ai été un peu déçue de terminer l'année sans dire au-revoir à personne, avec la sensation que finalement, tout le monde s'en foutait. Ça a été un peu dur car mes proches parlaient de leurs collègues trop sympas, prenant de leurs nouvelles et échangeant avec eux par tchat, alors que de mon côté, je n'ai reçu aucun message et dans la conversation de groupe c'était comme si je n'existais plus. Ce n'est pas bien grave puisque je ne les reverrai pas, mais ça m'a fait un peu mal après un an passés à leurs côtés...

Pour couronner le tout, les profs s'en sont subitement pris plein la gueule dans les médias, à coup de "fainéants", "déserteurs" et autres clichés qu'on a certes l'habitude d'entendre mais qui personnellement m'ont blessée parce que je croulais sous le travail, j'en faisais plus pour essayer d'aider au mieux chacun de mes élèves et toute cette absence de reconnaissance que ce soit de ma hiérarchie (lol), de mes collègues ou de mes élèves et leurs familles m'a fait craquer.

Maintenant que j'ai bien vidé mon sac, il faut aussi voir le positif : quelques familles m'ont témoignée leur gratitude pour cette année et c'est les larmes aux yeux que j'ai dû leur annoncer que je n'enseignerai plus dans leur école à la rentrée. J'ai grandement apprécié les mots réconfortants formulés par les parents au téléphone ou par message et j'ai moi-même fait part à mes élèves de ma satisfaction d'avoir partagé cette année avec eux : ils m'ont beaucoup appris et une chose est sûre : je n'oublierai jamais mes tout premiers élèves !

Une robe en jean Asos que j'ai reçue récemment et que je vous montrerai mieux dans un prochain article.

Au repos !

Alors que je pensais terminer l'année à distance avec mes élèves, l'annonce de la réouverture totale des écoles était encore une fois complètement inattendue. A deux semaines de la fin, je ne comprends pas pourquoi cette décision a été prise et je ne savais pas trop si je devais reprendre en tant que femme enceinte... Ma gynécologue a tranché pour moi et c'était pour elle impensable que je fasse les allers-retours en car entre Chartres et Montargis, ceci allié à d'autres raisons médicales, et elle m'a donc mise en arrêt pour les deux dernières semaines de cours.
J'étais soulagée de ne pas avoir à reprendre ce rythme très fatigant mais aussi triste de ne pas pouvoir finir l'année avec mes élèves comme je l'avais imaginé mais bon je ne vais pas encore ressasser ce sentiment de frustration ! ; ) J'ai commencé à écrire un bilan de mon année de stage que je partagerai sur le blog dans quelques temps.

Brunch maison du dimanche.

Retour de la vie sociale :
Bon, par vie sociale, c'est assez limité vu que nous ne connaissons personne ici... sauf Noémie ! Mon amie bordelaise vit à Orléans depuis septembre dernier et nous n'avons malheureusement pas tant eu l'occasion de la voir cette année. Nous nous sommes un peu rattrapés ce mois-ci puisque nous avons organisés deux sorties ensemble, ce qui m'a fait le plus grand bien ! Noémie est tellement facile à vivre, joviale et apaisante
J'ai aussi repris les cours de Pilates car la salle juste à côté de chez moi a réouvert, et j'ai ainsi pu découvrir le Yoga, une discipline que je ne pensais pas être faite pour moi - j'avais tord ! Pour moi qui ne suis pas du tout musclée et qui souffre du dos depuis le collège, le fait d'être enceinte amplifie ces douleurs (notamment lombaires) et mon ventre est lourd à porter pour mon frêle buste, haha. Ces deux disciplines sportives douces mais néanmoins physiques correspondent parfaitement à mes besoins et j'ai la chance d'avoir une coach formidable, très compréhensive et patiente. Ces séances de sport me permettent aussi de voir un peu d'autres visages, même si nous sommes masqués... ': )

Je vous laisse maintenant découvrir mes photos, notamment celles de mes retrouvailles avec Noémie, qui étaient plutôt culturelles puisque nous avons visité un centre d'art contemporain et un arboretum.

LES TANNERIES, AMILLY
J'avais malheureusement oublié mon appareil photo à la maison et j'ai donc dû faire avec mon téléphone, qui offre une piètre qualité d'image.
J'étais impatiente de découvrir ce centre d'art contemporain installé dans d'anciens entrepôts industriels (des tanneries, comme son nom l'indique) à moins de 10 min de chez nous.
Hélas j'ai été un peu déçue par les œuvres que j'ai trouvé trop conceptuelles, manquant de plasticité et d'esthétisme. C'était toutefois très intéressant de s'ouvrir à d'autres formes d'art et surprenant de voir qu'un tel lieu existe dans notre agglomération.
En photos les œuvres qui m'ont marquée et que j'ai appréciées.


Après la visite des Tanneries, nous avons fait un petit tour dans le centre-ville de Montargis avec Noémie. Nous avons également pris un goûter (évidemment) mais ce n'était pas exceptionnel donc je n'ai pas d'adresse à recommander pour cette fois. 



A gauche : salade d'artichaut, crevettes et parmesan ; A droite : trois cartes postales de ma région natale que j'ai commandées chez Marcel Travel Poster
Ci-dessous : un burger maison avec frites de patate douce !

 || PARADIS SUSHI ||
Après trois mois sans restaurants, nous avons déjeuné en terrasse pour la première fois depuis l'annonce du confinement. Je vous recommande grandement cette adresse pour manger japonais : les sushis, makis, spring rolls, gyozas et le plat d'anguille étaient délicieux

ARBORETUM DES BARRES
C'est à nouveau avec Noémie que nous avons découvert ce lieu : un grand espace naturel où l'on peut admirer de très beaux arbres, certains très impressionnants, mais aussi quelques jolies fleurs.
L'entrée est payante (5€) car c'est un lieu onéreux à entretenir mais c'est une très belle promenade et j'imagine que les couleurs sont spectaculaires en automne.
Le seul bémol à nos yeux était le manque d'entretien de certains espaces du parc qui donnaient parfois l'impression d'être laissés à l'abandon.
 
 
 
 
 
 
 


|| OH TERROIR || 
Après cette longue promenade au milieu des arbres, nous avons pris un dîner à emporter chez Oh Terroir. Nous nous sommes régalés mais avons tout de même regretté de devoir faire réchauffer les plats, ce qui les a un peu asséchés et dénaturés.
Le dessert, de la faisselle avec fraises, cerises et granola était une tuerie


Une lampe-lune sur laquelle j'ai craqué sur Vinted.