vendredi 27 février 2015

About Lolita


A Propos de Lolita: Roman & Films

   Chers lecteurs, si vous n'aimez pas la littérature et le cinéma, et les lolitas, cet article n'est PAS fait pour vous ;)
 Mais si vous jouez les curieux, soyez indulgent, cet article m'a pris pas mal de temps même si je m'exprime sans doute un peu maladroitement... Je serais ravie de recevoir votre avis !
Le texte en français est plus bas ; bonne lecture♥

xxx

   A few times ago, an anonymous reader asked me if I could write an article about Nabokov's Lolita, about the movies that have been made and my opinion about them. 
Of course I was glad someone shows interest in my favorite book ever but in the meantime, I know it's always a bit difficult for me to explain why I love Lolita that much, because it calls for deep feelings inside me, probably some inconscious memories
I recognize myself in Lolita, but also in Humbert, the protagonist and narrator of the story. I feel their pain and fears. The passionate love he has for her, that she doesn't have in return. It's a cruel and sad love-story, both by it's tragic dimension and by how guilty it makes us feel to support a fourty-year-old man to love a girl aged of 12.

"Light of my life, fire of my loins, my sin, my soul. Lolita."

I think this statement perfectly summaries how I felt by reading this book.


Jeremy Irons & Dominique Swain in Adrian Lyne's Lolita.
Of course the book was for me the best way to get into the feeling of it all, to appreciate the amazing writing of Nabokov. The whole book is full of references to other writers or literary works, or some funny details. Everything is told in a beautiful, poetic way - and the most awful descriptions are covered with a stunning style of writing wich makes you forget about all the evil of the situation.
Other personal fact: I had never cried that much by reading a book since the sixth volume of Harry Potter ;)

Now let's talk about the movies. To be honest, I watched them before I read the book, and I don't regret it cause my fascination grew even more. 
I first watched Stanley Kubrick's version, wich I loved - then I found out Adrian Lyne's work was even better (not to say perfect) and that's how I decided I absolutely needed to read the novel. 
Kubrick was submitted to censorship so the 1962 version doesn't show all the sexual tension between the two characters, wich is a very important element of the original story. What's more, Sue Lyon was too cute, too "well-behaved" for the role of a nymphet - THE Nymphet. 

Sue Lyon in Stanley Kubrick's Lolita.
"A normal man given a group photograph of school girls [...] and asked to point out the comeliest one will not necessarily choose the nymphet among them. You have to be an artist and a madman [...] in order to discern at once [...] the little deadly demon among the wholesome children: she stands unrecognized by them and unconscious of her fantastic power".

Lolita is not drescribed as a pretty girl with blond hair, fair skin and perfect dresses and shoes - but as a suntanned skin child with wild hair, bared feet and impudent long legs she loves to play with. She provokes men looks and arouses them without even knowing it, or at least she seems to do it unconsciously, almost innocently. 
Yet Lolita is everything but innocent.
She is capricious, unpredictable, sulky and awfully manipulative.
I think that's why Dominique Swain is more representative of the idea of a nymphet, in the 1997 film - she represents all these features.

To conclude, I would say that both adaptions retain the general story, with both comic and tragic effects (a very important point also in the novel). 
However, the sexual tension between the two characters is much more explicit in the most recent version and it's at some point disturbing. If you want to make yourself an idea, I would advise you to watch Kubrick's work first. 

Dominique Swain in Adrian Lyne's Lolita.

If you want to see more movies about nymphets, I put a short list of my favorite movies at the bottom of the page.

Thank you a lot for reading me, I hope you liked this subject ! :)

♥♥♥

   Il y a quelques temps un lecteur anonyme m'a demandé si je pouvais écrire un article à propos de Lolita et ses différentes adaptations.
 Evidemment je n'aurais pas pu être plus ravie que de partager mon avis sur le sujet, bien qu'il est souvent difficile d'expliquer pourquoi j'aime autant cette histoire.

Tout d'abord, je me reconnais tant dans le personnage de Lolita que de Humbert, le protagoniste et narrateur de l'histoire. Je ressens la douleur et cet amour passionnel qu'il éprouve pour elle, qu'elle ne lui donne pas en retour. C'est une histoire cruelle et triste, de part la dimension tragique mais aussi de part le fait que le lecteur se sente coupable d'encourager un homme de quarante ans à aimer une gamine de douze ans, aguicheuse ou pas.

"Lumière de ma vie, feu de mes reins ; mon péché, mon âme. Lolita".


 Le livre a été pour moi une révélation, le style d'écriture est absolument divin, plein de références à d'autres œuvres ou auteurs. Tout est raconté de façon poétique, parfois théâtrale et humouristique. Comme pour nous pousser à passer outre les crimes du narrateur.

Je vous l'avoue cependant, la première partie du récit est dédié au passé de Humbert, et bien qu'elle soit importante pour comprendre la suite, je l'ai trouvé un peu trop longue, sans doute impatiente de "rencontrer" enfin cette nymphette outrageante. Une fois que l'histoire, la vraie, a commencé, je me suis laissée emporter par le flot des mots.
Je n'avais jamais autant pleuré face à un livre depuis le sixième tome de Harry Potter ;)

Passons maintenant aux adaptations cinématographiques. Pour être honnête, j'ai découvert l'histoire en regardant d'abord la version de Stanley Kubrick, puis celle d'Adrian Lyne, et enfin le roman ; ce que je n'ai absolument pas regretté, puisque ma fascination s'est avérée croissante en découvrant chaque version...

Désolée pour les fans de Kubrick, mais tous les amoureux de Lolita s'accordent à dire que cette version (sortie en 1962) est bien moins représentative de l'histoire originale. Bien-sûr cela s'explique par la censure appliquée à l'époque - certaines scènes jugées trop choquantes ont été supprimées - mais aussi par le choix d'une Sue Lyon tout en coiffures impeccables et sourires gracieux, qui ne correspond pas à l'idée que l'on s'en fait à travers le récit de Nabokov. Elle est trop sage, trop lisse, trop mignonne.

Sue Lyon as Dolores Haze in Kubrick's Lolita.
"Présentez à un homme normal la photo d'un groupe d'écolières [...] en le priant de désigner la plus jolie d'entre elles: ce n'est pas nécessairement la nymphette qu'il choisira. Il vous faut être un artiste doublé d'un fou [...] pour discerner aussitôt [...] le petit démon fatal [...] elle-même inconsciente du fantastique pouvoir qu'elle détient."

Lolita est décrite comme une enfant à la peau halée, les cheveux bruns souvent décoiffés, à l'apparence négligée, marchant pied nus et jouant de ses jambes minces impertinemment, provocant et attisant le regard des hommes de façon naturelle, presque innocente. Mais Lolita est tout sauf innocente
Lolita est colérique, boudeuse, capricieuse et effroyablement manipulatrice. 
C'est pour cela que l'interprétation de Dominique Swain, dans la version de 1997 d'Adrian Lyne, correspond bien mieux à la définition d'une nymphette. 

Pour conclure, je dirais que si l'histoire reste inchangée et que les effets de comique et de tragique (deux points importants du récit) ont été conservés dans les deux versions, la tension sexuelle qui habite les deux personnages et bien plus explicite dans celle de 1997, au point qu'elle en est presque dérangeante dans certaines scènes. 



♥♥♥

Et maintenant voici quelques uns de mes films préférés traitant de cette relation ambiguë entre une homme et une nymphette, ou inspiré de Lolita.
 Gardez à l'esprit que ce genre de relation doit toujours être consentie par la dite en, sinon c'est juste de la pédophilie et cela devrait être condamné dans tous les cas.

In my third part I would like to talk about the references to Lolita or to the idea of nymphets in cinema
You can find a considerable number of movies containing this ambiguous relationship between a little girl and an older man - keep in mind that this kind of relationship HAVE TO be in total consent of the girl, or this is just pedophiliawhat should be condamned in any case.
So, here's a list of my favorite films dealing with nymphets:

MY LITTLE PRINCESS

LEON

JEUNE & JOLIE

AMERICAN BEAUTY

PRETTY BABY (LA PETITE)

 Et voilà, fini pour la lecture... j'espère que cet article vous aura plu malgré sa densité ! C'est très certainement la première et dernière fois que vous aurez à subir autant de texte, étant donné que ce sujet est celui qui me passionne le plus ;)
Mais si vous souhaitez voir plus d'articles à propos de cinéma, littérature ou musique, n'hésitez pas à me faire part de vos idées en commentaire (promis j'écrirais moins, haha) ! :)

Bisous bisous !

4 commentaires:

  1. Bonsoir.
    Je t'écris de loin , mais je suis depuis pas mal de temps déjà ton blog.
    Et je voulais savoir si tu avais vu le film "sleeping beauty" qui pourrait se référer à la lolita aussi.
    Si tu ne l'as pas vu je te le recommande, malgré son étrangeté.
    Tu me diras ce que tu en penses?!

    http://lamarquise.us/
    Law

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiii je l'ai vu, et il est en effet étrange mais très beau et bien tourné ! :)
      Merci pour ton commentaire Lauria xx♥

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Oui, mais en fait La Petite c'est Pretty Baby en anglais, que j'ai posté en dernier ;)

      Supprimer

Feel free to share your opinion about this post or ask me anything !
I'll be glad to answer and have a look at your blog ;) xx